mes lectures

Chère Ijeawele, ou un manifeste pour une éducation féministe – Chimamanda Ngozi Adichie

Bonjour à tous,

J’ai découvert ma dernière lecture grâce au blog Les lectures de Sophie.

Je ne connaissais pas Chimamanda Ngozi Adichie, et honnêtement, j’ai pris une sacrée claque.

Les livres qui traitent du féminisme sont nombreux, et pour autant, je n’ai jamais adhéré à 100% au discours d’un auteur. Mon avis divergeait sur certains aspects.

Le résumé :

« A une amie qui lui demande quelques conseils pour élever selon les règles de l’art du féminisme la petite fille qu’elle vient de mettre au monde, Chimamanda Ngozi Adichie répond sous la forme d’une missive enjouée, non dénuée d’ironie, qui prend vite la tournure d’un manifeste. L’écrivain nigériane examine les situations concrètes qui se présentent aux parents d’une petite fille et explique comment déjouer les pièges que nous tend le sexisme, à travers des exemples tirés de sa propre expérience.

Cette lettre manifeste s’adresse à tous : aux hommes comme aux femmes, aux parents en devenir, à l’enfant qui subsiste en nous et qui s’interroge sur l’éducation qu’il a reçue. Chacun y trouvera les clés d’une ligne de conduite féministe, qui consiste à croire en la pleine égalité des sexes et à l’encourager. »

Mon avis :

C’est un véritable coup de cœur, ce qui m’arrive rarement. Ce livre est vraiment marquant. J’ai autant aimé la forme que le fond. L’écriture est très agréable, et abordable.

Cette lettre ouverte est complète tout en étant extrêmement digeste : 75 pages.

On y trouve bien entendu des conseils d’éducation, agrémentés d’anecdotes très parlantes, qui nous font prendre conscience que le parent a un rôle décisif à jouer dans le monde de demain.

L’auteure y aborde aussi la différence, le racisme, la culture et la famille.

J’ai trouvé cette lettre terriblement juste, et pour une fois, réaliste :

tous les conseils de l’auteure sont applicables dans le quotidien d’une jeune maman.

J’ai aimé la franchise de Chimamanda Ngozi Adichie, et ses remarques qui laissent songeuse :

 » Les femmes doivent « se couvrir » pour protéger les hommes. Je trouve cela profondément déshumanisant, parce que les femmes en sont réduites à de simples accessoires servant à gérer l’appétit sexuel des hommes. » P.68

Pour finir, je me suis vraiment attachée à l’auteur. J’aurais aimé lire ce livre à l’adolescence, car il me semble qu’il permet de réfléchir sur les genres.

J’espère du fond du cœur que certains professeurs le feront étudier à leurs élèves, il le mérite vraiment !

Vous l’aurez compris, je recommande vivement ce livre coup de cœur !!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s