mes lectures

Mémé dans les orties – Aurélie Valognes

Bonjour à tous,

Ce week-end, j’ai décidé de relire Mémé dans les orties, d’Aurélie Valognes. C’est extrêmement rare que je lise deux fois le même ouvrage, mais j’ai une tendresse toute particulière pour cette auteure, car en plus d’être issue du monde de l’auto-édition, elle est une des inconditionnelles du roman  » feel-good ».

Le résumé :

« Ferdinand Brun, 83 ans, solitaire, bougon, acariâtre – certains diraient : seul, aigri, méchant -, s’ennuie à ne pas mourir. Son unique passe-temps ? Eviter une armada de voisines aux cheveux couleur pêche, lavande ou abricot. Son plus grand plaisir ? Rendre chèvre la concierge, Mme Suarez, qui joue les petits chefs dans la résidence. Mais lorsque sa chienne prend la poudre d’escampette, le vieil homme perd définitivement goût à la vie… jusqu’au jour où une fillette précoce et une mamie geek de 92 ans forcent littéralement sa porte, et son coeur. Un livre drôle et rafraîchissant, bon pour le moral, et une véritable cure de bonne humeur ! »

Mon avis :

Je me souviens, la première fois que j’ai découvert la couverture de ce roman, j’ai été un peu décontenancée… Je ne pouvais pas dire que j’adorais ce carreau vichy rouge, mais force était de constater, qu’au moins, il ne passait pas inaperçu !

Et cette couverture est un peu à l’image du personnage principal : incongru. Un anti-héros comme on les aime : bourru, inconvenant, voire fort désagréable… mais drôle malgré lui. Vous n’avez pas lu ce roman ? Et bien imaginez seulement Raymond, de Scène de ménage, sur M6. Vous y êtes ? Oui, vous allez rire, et même être ému par cette vieillesse fragile.

J’ai facilement replongé dans cette histoire douce et plaisante.

C’est très facile à lire, fluide, pavé et bons sentiments.

Je ne peux pas dire que ce soit un réel coup de cœur, mais on passe un moment divertissant et très agréable dans cette résidence d’anciens !

Le + : tendresse de l’histoire, fluidité de la lecture. Le anti-héros tellement irascible qu’il en devient drôle.

Le – : pas vraiment de « problématique » au cœur du récit, on est juste témoin d’un morceau d’existence de ce vieux monsieur qu’est Ferdinand. La moralité est en filigrane, pour ma part, j’aime les choses plus flagrantes.

Pour conclure :

Pas vraiment de suspense, j’aime beaucoup Aurélie Valognes, et c’est une relecture !

Effectivement, je recommande ce roman si vous cherchez quelque chose de divertissant et de léger.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s