mes lectures

Un appartement à Paris – Guillaume Musso

Bonjour à tous,

Je lis peu de Musso. (Mon palmarès s’élève à trois romans seulement…)

En 2014, pourtant, un ami m’avait chaudement recommandé Central Park, de cet auteur. Je l’avais dévoré et vraiment adoré.

Alors quand j’ai croisé la route d’un appartement à Paris, cet été, j’ai repensé à cette lecture. Je l’ai acheté sans hésiter.

Résumé:

« L’art est un mensonge qui dit la vérité…  » Paris, un atelier d’artiste caché au fond d’une allée verdoyante. Madeline l’a loué pour s’y reposer et s’isoler. A la suite d’une méprise, cette jeune flic londonienne y voit débarquer Gaspard, un écrivain misanthrope venu des Etats-Unis pour écrire dans la solitude. Ces deux écorchés vifs sont contraints de cohabiter quelques jours. L’atelier a appartenu au célèbre peintre Sean Lorenz et respire encore sa passion des couleurs et de la lumière.

Terrassé par l’assassinat de son petit garçon, Lorenz est mort un an auparavant, laissant derrière lui trois tableaux, aujourd’hui disparus. Fascinés par son génie, intrigués par son destin funeste, Madeline et Gaspard décident d’unir leurs forces afin de retrouver ces toiles réputées extraordinaires. Mais, pour percer le véritable secret de Sean Lorenz, ils vont devoir affronter leurs propres démons dans une enquête tragique qui les changera à jamais. »

Mon avis : (fans de Musso, fuyez !!)

Je n’ai pas accroché… mais alors vraiment pas.

J’ai conscience que je vais en froisser certains, mais pour moi ce roman a été d’une longueur indicible.

D’un premier abord, le thème de l’art au sein d’un thriller m’a beaucoup intrigué.

La peinture est un thème que j’apprécie, et dieu sait à quel point ce sujet peut être vaste et dense.

Ok, donc pourquoi le coupler avec des millions de thèmes plus graves les uns que les autres ? Cela implique que tout est traité de manière superficielle. Et c’est bien dommage pour des thèmes comme la dépression, le suicide, les FIV, l’alcoolisme, la perte d’un enfant (et j’en passe).

Deuxième point : les personnages principaux.

Je comprends l’idée générale : deux anti-héros cabossés par la vie qui sont censés attirer la sympathie du lecteur.

Je ne sais pas vous, mais j’avais juste envie de les attraper et de les secouer très fort en hurlant : « Mais reprends-toi !!! »

Je pense que ça peut fonctionner avec un personnage antipathique, mais deux, c’est trop.

Madeline et Gaspard n’ont rien d’attachant, dommage.

Le + : L’écriture. Le style de Musso est vraiment appréciable.

Le – : Les longueurs, la multitude de thèmes abordés et les personnages principaux.

Pour conclure :

Aucun suspense : je ne recommande pas cette lecture. Cela à beau être du Musso, j’ai trouvé l’histoire décevante.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s